samedi 30 avril 2016

Prêtres catholiques



Qu’est-ce qu’un prêtre ? La réponse s’avère compliquée parce qu’elle engage des théologies différentes voire opposées. Nos langues modernes ne font plus guère la distinction entre deux mots grecs ou latins et entretiennent ainsi la confusion. Il y a la famille des mots presbytère, presbytéral et prêtre, qui veut dire ancien et que l’on retrouve dans presbytie. Il y a la famille des mots sacerdoce, sacerdotal, formés sur l’idée de sacré, de sacrifice ; le sacerdos est celui qui fait le sacré par le sacrifice, qui a rapport au sacré.
Dans le nouveau testament, le terme commun est naturellement utilisé pour désigner les prêtres Juifs ou païens, mais jamais les ministres chrétiens. En ce sens, il n’y a pas de prêtres (sacerdos) chez les chrétiens des premiers siècles, mais seulement des anciens (presbyter), terme non religieux. Les premiers chrétiens ne pensent pas appartenir à une nouvelle religion avec ses prêtres, soit qu’ils soient déjà Juifs, soit qu’ils fassent rupture avec la religion, sa mythologie, ses sacrifices, ses prêtres, et aussi les règles de la cité.
Il faut noter que Jésus est appelé grand prêtre (sacerdos) dans l’épître aux Hébreux et en conséquence, le peuple qui est son corps est appelé, chez Pierre et dans l’Apocalypse, peuple sacerdotal. Dans ce peuple, certains assurent le ministère d’anciens ou presbytéral.
A la toute fin du premier siècle, une comparaison sacerdotale est utilisée pour parler des anciens ou des épiscopes (ceux qui veillent sur et que l’on appelle aujourd’hui évêques). On lit allégoriquement les Ecritures juives pour prêcher l’évangile ; le premier testament est lu comme une prophétie de l’évangile. Ainsi parle-t-on des anciens comme des lévites ou des prêtres. Mais cela ne veut pas dire que les anciens soit prêtres puisque c’est le peuple qui est sacerdotal, chargé de l’intercession et de la louange pour toute l’humanité (Cf Rm 12).
Au début du XVIe siècle, Luther dénonce les mœurs du clergé et conteste le fait que le vocabulaire sacerdotal soit réservé aux clercs. En réaction, le Concile de Trente (1545-1563) affirme plus fort que jamais le sens sacerdotal du presbytérat et l’aspect sacrificiel de la messe. D’ailleurs, depuis le début du deuxième millénaire, le sacerdoce était défini comme « pouvoir de consacrer » le pain et le vin.
Derrière ces questions de vocabulaire se cachent des enjeux polémiques ou œcuméniques. Le Concile Vatican II (1962-1965) respecte presque toujours la distinction entre sacerdos et presbyter. En outre, il utilise quasi toujours le pluriel, parce qu’être prêtre, c’est entrer dans un corps, l’ordre des prêtres. Ainsi, ce n’est pas leur rapport au sacré ni à l’eucharistie qui définit les prêtres dans l’Eglise ancienne comme à Vatican II, mais la mission, le ministère. Ministère signifie service, ce qui concerne ce qui est petit, mini. Les prêtres appartiennent à l’ordre, la classe, des serviteurs.
Pas sûr que les prêtres apparaissent comme des serviteurs, même si plusieurs s’emploient par exemple à ce que les locaux soient propres et accueillants, que tous aient une feuille de chants, etc. Il est vrai qu’on les voit plus décideurs et chefs de la communauté. Comment n’être ni puissant ou patron, ni larbin, personnel de service ou employé d’un petit commerce qui doit fournir ce que le client roi exige de lui ? Comment être au service de tous sans l’autorité d’une interprétation des Ecritures ? En outre, dans un monde démocratique, comment exister avec autorité alors que tous sont fondamentalement égaux ?
Le service des prêtres est celui de la communauté et c’est la mission de cette communauté qui lui donne sens. Elle est elle-même au service de l’humanité, de la fraternité dans l’humanité. Les prêtres sont les serviteurs qui permettent à la communauté de répondre à sa vocation : servir et avoir soin de la fraternité humaine et ainsi rendre témoignage au seul Dieu et Père.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire