samedi 27 octobre 2012

Pourquoi les chrétiens n'ont-ils pas de prêtres ? (30ème dimanche B)


La Lettre aux Hébreux exprime la nouveauté chrétienne en la comparant aux coutumes juives, spécialement celles qui concernent le culte. Il s’agit d’une réinterprétation du Premier Testament par le Second. La vie de Jésus permet, d’après les premiers chrétiens, de comprendre comme une prophétie, toute l’histoire du peuple de la première alliance et, en retour, cette histoire offre les mots, les images, les coutumes pour dire la nouveauté de l’alliance scellée en Jésus, qui n’a pas de mots, de figures ni de coutumes propres.
Ce qui est curieux, c’est que le culte n’est pas la partie la plus importante du judaïsme, ou du moins, qu’à l’époque de Jésus, l’institution cultuelle n’est qu’une manière de vivre la foi, assez contestée par toutes sortes de courants dont celui de Jésus lui-même. Ainsi, pas une fois on ne voit Jésus participer au culte sacrificiel. Il transforme le temple en synagogue, si l’on peut dire. Jésus vient certes au temple, notamment pour le grand pèlerinage pascal, mais il n’offre aucun sacrifice, pire il en chasse changeurs et marchands de colombes. Le comble, c’est qu’on le voit payer l’impôt à César mais pas participer à la vie du temple. S’il admire l’offrande de la veuve, lui-même ne fait qu’une chose au temple, enseigner.
Plus qu’un prolongement de la vie d’Israël, la vie chrétienne se comprend comme une rupture. Et ce n’est pas seulement quant à Israël que les premiers chrétiens ont refait le pas en arrière de Jésus, mais aussi quant aux Nations, les Grecs notamment. Ainsi, à aucun endroit dans le Nouveau Testament n’y a de prêtres chez les chrétiens. Chez les Hébreux, il y a un grand prêtre et des prêtres, et d’autres membres encore de l’institution sacerdotale c’est-à-dire de l’institution du temple, comme les lévites. Hiereus et archihiereus, prêtres et grand-prêtre ‑ qu’il faudrait plutôt traduire avec la racine de sacerdoce si la langue française le permettait, en espagnol sacerdotes et sumo sacerdote ‑ ne sont pas utilisés pour désigner des chrétiens. Parmi bien d’autres services de la communauté, il y a chez les premiers chrétiens celui d’ancien, fort peu cultuel. On les appelle les presbuteroi, ce qui donne notre mot de prêtre.
Pareillement, les premiers édifices chrétiens ne sont pas des temples mais les basiliques, bâtiments civils et non religieux, sans espaces réservés, sacrés, parce que dans l’assemblée chrétienne, le temple, c’est l’assemblée, c’est elle qui est sacrée (Cf. 1 Th 3, 17), parce que dans l’Eglise, tous sont égaux, même si tous n’ont pas le même rôle.
Ainsi, l’Epître aux Hébreux paraît-elle curieuse à recourir au vocabulaire sacerdotal, d’autant que c’est pour en justifier la fin. Le culte n’est plus histoire de sacrifices. Le culte n’est plus histoire d’échanges avec Dieu, le culte c’est la vie menée avec Dieu. Il n’y a plus de culte au sens premier, mais seulement un culte spirituel, ou un culte selon le logos (Rm 12, 1).
A dire vrai, ce n’est une nouveauté ; les prophètes n’ont cessé de dire cela. Ainsi s’exprime par exemple Jérémie : « Je n'ai rien dit ni prescrit à vos pères, quand je les fis sortir du pays d'Égypte, concernant l'holocauste et le sacrifice. Mais voici ce que je leur ai ordonné : Écoutez ma voix, alors je serai votre Dieu et vous serez mon peuple. Suivez en tout la voie que je vous prescris pour votre bonheur. » (Jr 7,22-23) Et Paul de dire que c’est en annonçant l’évangile qu’il rend à Dieu le culte spirituel (Cf. Rm 1, 21).
Le culte comme moyen de commercer avec la divinité est vain (Cf. Mt 15,9). C’est Dieu qui s’est définitivement approché de nous en Jésus. C’est lui qui se fait proche et nous n’avons plus à penser devoir le fléchir. Il est déjà totalement tourné vers nous. Et si l’on veut continuer à parler de culte, d’offrande à Dieu, un seul est capable de l’offrir et l’a fait une fois pour toutes. Si jamais culte il y a, c’est celui de Jésus. En ce sens, comme le dit l’extrait de la Lettre aux Hébreux que nous avons lu (He 5, 1-6), il est, lui, le seul grand-prêtre.
Son sacerdoce est d’un genre nouveau. Il n’est ni héréditaire ‑ il n’y a pas de familles sacerdotales ‑, ni corporatif, transmissible par une imposition des mains ou quoi que ce soit du même genre. A l’image de Melkisedek, prêtre et roi de justice et de paix, homme sans ascendance qui offrit du pain et du vin à Abraham (Cf. Gn 14, 18 et He 7,3). Jésus est unique, éternel, avec lequel il serait bien dangereux d’avoir quelque commerce si lui-même ne s’était pas offert pour nous.
Ainsi, nous autres chrétiens, nous en avons fini avec les sacrifices, petits arrangements avec Dieu. Nous en avons fini avec le culte, geste plus ou moins magique. Nous reconnaissons que nous n’avons pas même la force de lever les mains au ciel, si du moins, le Père n’envoyait ses deux mains, le Fils et l’Esprit, pour tenir nos mains levées vers lui.
Il n’y a plus qu’une prière, celle de Jésus. Prier, pour nous, n’est pas notre affaire sinon à nous disposer à entrer dans la prière de Jésus. Il n’a plus de voix, alors nous lui prêtons la nôtre. Il n’a plus de corps en dehors de nous qui sommes son corps. C’est par nous que Jésus continue à tourner l’humanité vers Dieu, comme grand-prêtre. Je n’ai pas à faire ma prière mais à entrer dans la prière de Jésus en son corps, l’humanité dont l’Eglise est comme le sacrement. Prier, c’est consentir à ne plus rien offrir de nous-mêmes pour entrer dans l’offrande du Fils.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire