mercredi 8 juillet 2015

François et la famille

« Le meilleur des vins reste à venir, pour chaque personne qui se risque à l’amour, même si tous les paramètres et les statistiques disent le contraire ; même si les familles traversent des difficultés. En famille, les miracles se font avec ce qu’on a, avec ce qu’on est, avec ce que l’on a à portée de main. Ce n’est pas toujours l’idéal, ce n’est pas ce dont nous avons rêvé, ni ce qui "devrait être". Mais à Cana, le meilleur vin est sorti du pire endroit, les jarres de purification où tout le monde avait lavé ses péchés ». Il faut donc garder espoir et être patients. « Murmurez-le jusqu’à le croire : le meilleur vin reste à venir et susurrez-le aux désespérés ou aux mal-aimés. Dieu s’approche toujours des périphéries de ceux qui sont restés sans vin, de ceux à qui il ne reste à boire que le découragement ; Jésus a un faible pour offrir en abondance le meilleur des vins à ceux qui pour une raison ou une autre, sentent déjà que toutes leurs jarres se sont cassées. (...) La famille, aujourd’hui, a besoin de ce miracle »
http://fr.radiovaticana.va/…/equateur__pour_le_pape…/1156479
Quayaquil (Equateur) 06-07-15

1 commentaire:

  1. Désolé de me citer : j'expliquais ici le 21 juin que j'aimais Cana parce que cela touchait au vin, au mariage, à la mère attentive. Le même jour, en retour, le docte Patrick me répondait - et je l'en remercie puisque je suis chez lui l'invité à qui il a donné du temps - qu'il me trouvait léger sur ce coup-là. Mon commentaire n'était pas que celui d'un mécréant œnophile ; mon triptyque comprenait le vin mais aussi le mariage et la mère attentive. C'est dire que - périphérique au demeurant - je me réjouis des fortes paroles de François que nous propose ici PR.
    Sans transition : pourquoi les pasteurs de l'Eglise catholique romaine ne seraient pas des femmes et des hommes qui "se risquent à l'amour" dans le mariage, la famille, l'éducation des enfants ? A certains, si sûrs d'eux et prompts à conseiller ou imposer des fardeaux, ça pourrait faire grand bien. Pourquoi la confusion entre l'engagement religieux, ie le don de toute sa personne à Dieu en CDI donc avec les trois vœux, et l'engagement d'un (ou d'une) pasteur au service de l'annonce de la bonne nouvelle, dans les ministères les plus variés, en et hors église, pour toujours ou en CDD ? Loin de moi l'idée de brandir une pancarte "mariage pour tous !" Il en est qui ne sont pas faits pour cela.

    RépondreSupprimer