dimanche 22 août 2010

Rentrée ou sortie...

Peu à peu, les uns et les autres vont rentrer et reprendre les activités ordinaires. Dans le même temps, notre pays se porte mal. Non seulement la crise économique continue de frapper de nombreuses personnes et l’on n’arrive pas à s’en sortir. Non seulement la crise dans les banlieues ne trouve pas d'issue. Mais encore, le climat politique est délétère : que l’affaire Woerth soit un montage médiatique ou une faute politique, une erreur voire un délit, comment ne pas être effrayé quant à ses conséquences sur le discrédit des institutions démocratiques. Le service du bien commun par l’engagement dans les institutions républicaines, si grand, apparaît une fumisterie intéressée. Pas sûr que la sortie de la crise soit proche.

Sortie en revanche pour les Roms et ceux que l’on appelle sans même sursauter des « Français d’origine étrangère ». Une interview par exemple d’un adjoint au maire de Nice me paraît susceptible de poursuites pour incitation à la haine raciale. Le populisme prétend faire diversion, nous prenant pour des ânes et jetant l’opprobre sur d’autres, des frères en humanité. L’archevêque d’Aix, mais aussi le Vatican et le Pape après les évêques de Vannes et de Belfort au nom de la conférence épiscopale et le Cardinal Vingt-trois, son président, dans son homélie du 15 août, ont pris la parole. Ne convient-il pas de leur emboîter le pas ?

Abraham a été appelé a quitter son pays, la terre de ses pères, et tout croyant est désormais un nomade, un immigré. Pour qui cherche Dieu, il n’est plus que terre étrangère. Que notre rentrée poursuive notre exil, soit une sortie, et que notre engagement, ici et maintenant, contribue à un peu plus de justice, de paix et de vérité.

4 commentaires:

  1. Merci pour cette parole.
    « J'étais un étranger, et vous m'avez accueilli. »

    Vincent Pascal

    RépondreSupprimer
  2. Le Deutéronome 10, 17-19 a des paroles affirmatives :

    « l'Éternel, votre Dieu, est le Dieu des dieux, le Seigneur des seigneurs, le Dieu grand, fort et terrible, qui ne fait point acception des personnes et qui ne reçoit point de présent, qui fait droit à l'orphelin et à la veuve, qui aime l'étranger et lui donne de la nourriture et des vêtements. Vous aimerez l'étranger, car vous avez été étrangers dans le pays d'Égypte. »

    Malheureusement, en France la majorité de la population est hostile aux Rroms. Il suffit de voir comme ils sont traités dans les différentes communes; de d'écouter la radio, de lire sur la toile les réactions aux propos du Pape et des évêques. Depuis 45, rien de changé.

    RépondreSupprimer
  3. Pourquoi "diable", la hiérarchie catholique est-elle aussi sévère à l' égard des retours aux pays d'origines de quelques centaines d'immigrés irréguliers quand elle s'est bien gardé, sauf contrainte et forcée, de condamner la pédophilie malheureusement trop répandue dans ses troupes censées donner des valeurs morales aux jeunes catéchumènes. Je n'ai a aucun moment perçu d'indignation comparable à celle ci, allant jusqu'à souhaiter, bravo "mon père"!, la mort du chef de l'état. C'est là ce qu' on appelle la charité chrétienne. Pourquoi pas aux prêtres pédophiles?

    RépondreSupprimer
  4. A lovebird.
    Cher ami. Qu'un confrère souhaite la mort du Président de la République m'en rend-il responsable ?
    Que l'Eglise ait bien des crimes sur les bras, ce n'est pas moi qui le conteste. Je l'ai écrit par exemple sur ce blog dans un texte intitulé "Assez des saints prêtres".
    Comme je l'ai aussi écrit ici à propos du référendum suisse sur les minarets, ce n'est pas parce que les autres font des crimes que cela nous disculpe de nos crimes. Ce n'est pas parce que nous ne faisons pas toujours le bien que cela nous interdit de condamner le mal.
    Je souhaite que la hiérarchie de l'Eglise catholique, comme vous dite, change profondément et son discours et son manière d'agir. Mais ce n'est pas une raison pour estimer que tout ce qui viendrait d'elle serait obligatoirement mauvais.
    Pourrions-nous aussi faire usage de notre intelligence pour comprendre ? Il est des actes indiscutablement condamnables, le racisme, la pédophilie, etc. Il est des actes et des personnes tout aussi incontestablement bons. On peut s'en réjouir. Peut-être même le doit-on.

    RépondreSupprimer