lundi 23 mars 2015

Le Dieu du pardon (veillée pénitentielle). 400ème post de ce blog



Jérémie comme tous les prophètes d’Israël dénonce l’infidélité du peuple à son Dieu. Tous les moyens sont bons pour dessiller les yeux de ceux qui ne veulent pas voir leur péché. Ainsi cette parabole (Jr 13) en acte d’une ceinture de grand prix, dévorée par les mites et par l’eau.
A quel prix Dieu ne s’est-il pas acquis ce peuple de rebelles que nous sommes, nous les hommes ? La vie pourrait être belle, et nous la gâchons par nos trahisons et violences, notre recherche de toujours plus de profit, de jouissance, quitte à ce que le frère crève la bouche ouverte à notre porte, ainsi que le pauvre Lazare de l’évangile.
Nous nous rachetons une conscience ; quelques arrangements avec la divinité feront l’affaire, quelques moments de prière, quelques sacrifices, un chèque pour partager…
Est-ce que ce sera la vengeance de Dieu ? L’humanité sera-t-elle détruite comme la ceinture par la colère de Dieu ? Il semble que non. C’est elle-même qui se détruit.
Comme nous l’avons entendu dimanche dans la première lecture (Jr 31), devant notre saccage de la vie, Dieu demeure fidèle. Puisque nous ne sommes pas fidèles à son alliance, lui restera fidèle, proposera une alliance nouvelle, quitte à en mourir.
La logique de la justice s’incline devant le pardon. Il n’y a pas de justice, selon Dieu, qui ne soit pardon. Dieu ne fait pas mourir les coupables. Son non radical au mal, au nôtre, ne nous engloutit pas dans la condamnation sans appel de ce qui détruit l’humanité. Quand Dieu juge et dénonce le mal, il rend justice à la victime et, dans le même temps, libère le coupable de son mal. Dieu a envoyé son fils non pour juger mais pour sauver le monde (Jn 3,17)
Nous sommes venus ce soir dire non au mal à la suite du Dieu qui condamne ce qui tue, méprise, ignore les frères, les réduit en esclavage. Nous sommes venus pour entendre par la voix de l’Eglise la confirmation d’un pardon à la dimension de notre mal, plus grand encore, pour nous en libérer, pour rendre justice à ceux que nous avons blessés et nous réconcilier avec eux et avec Dieu.
Venez, vous que votre mal écrase, venez puiser aux sources du pardon la force d’une vie de ressuscités, plus forte que la mort, plus forte que vos forfaitures. Il n’y a rien à dire sans doute, rien à avouer, si ce n’est crier notre désir d’en sortir, d’être libérés du mal, et notre pitié pour ceux qui souffrent de par notre faute, notre demande de pardon.
Nous sommes devant toi Seigneur, nous n’y arrivons pas. Mais nous avons confiance en toi. Même les ceintures pourries et trouées, tu sais les rendre plus belles qu’à l’origine. Même nos vies médiocres, tu sais les diviniser. Si nous confessons ici notre faute, combien plus confessons-nous la vie à laquelle tu nous destines, la tienne, avec toi dans une humanité réconciliée.
J’ai lu récemment un vieux texte syriaque, des chrétiens dont les descendants sont aujourd’hui persécutés en Syrie et en Irak. Dieu s’adresse à Adam : « Adam, Adam, ne crains pas. Tu as voulu devenir Dieu ; Dieu je te ferai. Pas maintenant sans doute, mais après bien des années. Je te livrerai à la mort et le ver et la mite mangeront ton corps. […] Après trois jours que je passerai au sépulcre, je ressusciterai le corps que j’avais revêtu de toi et je te ferai siéger à la droite de ma divinité ; je te ferai Dieu, comme tu l’avais voulu. »
Incroyable non ? Dieu nous fait Dieu comme lui, Dieu nous promet sa vie à lui, non celle du Dieu tout puissant qui écrase les autres pour mieux régner, mais le Dieu qui meurt pour partager sa vie. Non une vie comme des dieux, au paradis, mais sa vie à lui.

2 commentaires:

  1. 400 posts publiés, mériterait quelques commentaires de ceux qui vous lisent (à moins que je sois le seul !!!), d'autant que votre 400 ème billet est remarquable.

    L'occasion de vous dire mes regrets si j'ai pu vous offensez personnellement ici, ce qui ne m'empêche pas de critiquer vos propos lorsque je suis interrogatif ou en désaccord, mais ce n'est pas de même ordre.

    Continuez !
    votre blog interpelle l'être humain le plus souvent au "juste endroit"
    Et pour une fois qu'un blog de curé sort du "convenu et bien pensant"... ça vaut le déplacement !
    Amicalement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de votre message.
      Je ne sais dire combien ce blog est lu, mais il l'est. d'après le compteur, c'est de l'ordre de plus de 100 pages visitées par jour, 3000 par mois, et 138 499 depuis le début, il y a 5 ans et demi. On peut espérer que les visites ne sont pas seulement de personnes qui s'aperçoivent qu'elles ont fait fausse route en venant ici !
      Avant j'avais un compteur qui disait la moyenne du temps passé par page, mais je ne sais plus me servir de ce compteur !

      Supprimer