vendredi 24 avril 2015

Pourquoi la crise des vocations ? (4ème dimanche de Pâques)


Pourquoi la baisse des vocations ? Est-ce si sûr que l’on manque de prêtres ? Ce sont plutôt les chrétiens qui font défaut. J’en veux pour preuve le reflux conséquent des ordres religieux féminins ou masculins sans prêtres. En nos pays, rapporter au nombre de chrétiens, pas sûr que l’on manque de prêtres, surtout qu’avec les moyens de communication modernes et les rythmes d’aujourd’hui, on n’envisage plus qu’il y ait un curé pour cinq cents habitants, à cultiver son jardin et écrire l’histoire locale !
Le recul des chrétiens est inexorable dès lors que l’appartenance religieuse n’est plus conditionnée socialement, pour le pire mais aussi pour le meilleur. Aujourd’hui, être chrétien relève principalement d’une histoire personnelle ; dans une fratrie certains s’engagent avec Jésus, les autres non. Il n’apparaît plus évident du tout que l’on ait besoin de Dieu ; et s’il ne sert à rien, pourquoi croire ?
Le discrédit de l’Eglise frappe grandement et prioritairement les potentielles vocations. Les scandales de pédophilie en sont une illustration parmi d’autres.
Réussir sa vie, aux yeux des familles, ne passe pas par un engagement dans l’Eglise, mais par une grande école et de bonnes études. J’assiste dernièrement à une discussion entre parents de Terminale et entends les préoccupations en vue du meilleur choix. Les motivations font froid dans le dos : que les jeunes fassent partie des meilleurs. Pas une fois je n’ai entendu un quelconque sens du service ou de l’épanouissement personnel qui aurait pu laisser place à un engagement ecclésial. Pour nombre de nos familles pratiquantes, aujourd’hui, ce n’est même pas envisagé. Les enfants existeront par la réussite sociale, qui est affaire de situation professionnelle. Les prêtres ne sont plus des notables, et nos enfants doivent gagner leur vie au moins aussi bien que nous !
A ces raisons sociologiques, on doit ajouter des raisons théologiques.
Pendant des siècles, on a pensé que l’on était meilleur chrétien à être religieuses ou clercs. Vatican II, en rappelant la vocation universelle à la sainteté, rend optionnelle, et à juste titre, la vocation au sens restreint. Ceux d’entre nous qui sont motivés par la sainteté, s’il en est, ont d’autres chemins pour s’y aventurer que la cléricature ou la vie religieuse.
Dans un monde qui ne croit plus que Dieu intervient surnaturellement, magiquement, nous continuons à penser, de façon aussi romantique qu’individualiste, les vocations spécifiques comme des révélations, une intimité entre un élu et son Dieu. Les frères n’y apparaissent pas. Comment voulez-vous que cela marche ? Comment voulez qu’une pastorale des vocations, à base d’adorations et de pèlerinages, soit pertinente ? On fabrique des égos autistes et machistes qui se prennent pour des prophètes, imposent leurs avis comme autant de jugements sur la société. On génère une caste qui s’accroche, même au prix de l’hypocrisie, à un système sous couvert de défendre l’éternelle vérité. L’évangile et la miséricorde passent à la trappe. La pastorale des vocations, ainsi, n’est qu’une gesticulation.
Dans un monde où Dieu n’est plus indispensable pour vivre heureux, les chrétiens découvrent son absolue discrétion, sa radicale inutilité. Et c’est très bien. Nous ne croyons pas en Dieu parce que ceci ou cela, parce que cela rendrait heureux ou nous attirerait sa bénédiction. Nous connaissons tant de croyants malheureux, déjà dans les Ecritures ; nous croyons que Dieu aime tous les hommes et que les disciples de Jésus ne bénéficient d’aucun traitement de faveur. Alors, à quoi bon croire et s’engager comme religieux, religieuses ou prêtres ? La gratuité de Dieu fait de nous des prophètes de la grâce, du sans-raison de l’amour, du respect d’autrui, surtout de l’improductif et de l’inutile social. La gratuité n’est pas une valeur en ce monde. Ce qui est gratuit ne vaut rien. La vocation universelle à la sainteté ne peut être qu’intempestive, inactuelle ; les vocations religieuses pareillement, en conséquence.
Si être chrétiens c’est s’engager dans le service des plus pauvres, service souvent perdu d’avance, on comprend que cela n’attire guère. La personne que l’on accompagne à la mort, cela ne va pas réussir, elle va mourir. L’immigré que l’on soutient, cela ne réussira pas, nous n’avons pas de solution pour le sortir de la rue. La personne sans emploi qui vient nous voir, nous n’avons pas de travail à lui offrir. Pas de serviteurs, pas de chrétiens, pas de vocations.
On peut certes continuer à être chrétien sociologiquement, cela confère une identité. Mais de là à s’engager au célibat, à renoncer à un certain salaire, à ne pas décider de sa carrière…
Si l’on est chrétien pour de bon, c’est-à-dire sans raison, alors on sait qu’il faut convertir la conception commune du prêtre. Les prêtres ne sont pas les chefs (et d’ailleurs personne n’en veut, on préfère les larbins disponibles pour gérer le religieux, ouvrir les églises et faire le rangement de la salle de garderie après la messe. Et surtout, qu’ils disent ce qui conforte ce que nous pensons autant que nos intérêts !). Les prêtres sont des ministres, c’est-à-dire des serviteurs. Est-ce ce que nous voyions ?
S’il y a crise des vocations, c’est parce que nous avons redécouvert ce que certains ont toujours vécu, mais qui s’impose à tous, malgré les contre-témoignages : en dehors du service de Dieu, c’est-à-dire de celui des frères, à commencer par les plus pauvres, il n’y a pas de vocation.

7 commentaires:

  1. rien à redire! Pourquoi bien des évêques sont ils sourds à ce genre de réflexions?...

    RépondreSupprimer
  2. Le problème c'est que curé, n'est plus un bon métier.... les honneurs, la reconnaissance bourgeoises, les petits soupers chez le bourgeois, la collusion avec le patronat, ça ne fonctionne plus. !!! Pas de chance ! Il y eut bien les prêtres ouvriers mais ils ont viré affreux marxistes !! Et quand les pauvres migrants occupent une église, on appelle les flics pour les faire dégager.... Le service des frères, certes, mais pas n'importe lesquels !

    Mais bon... finalement c'est pas plus mal !
    On s'en passe très bien des prêtres....
    Certes on comprend que ceux encore en place se croient indispensables, mais, ayant vu, à l'occasion d'un rite religieux où j'ai eu à me rendre par égard pour une famille, que deux "jeunes têtes de prêtres" m'ont fait irrémédiablement penser à la clique fefebvriste... et ont un ego plus démesuré que leurs ainés, je me suis dit que ce serait bien que ça s'éteigne tout ça....
    (je précise que les "catéchistes" présentes à ce rituel en ont été outrées de tant de cuistrerie ecclésiastique....) Bon d'accord leur avis n'a guère de poids... Ce sont des femmes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous voilà d'une injustice féroce. Les flics pour évacuer les églises, enfin... C'est une manière curieuse de raconter l'histoire. St Bernard, les sans abris ont vécu dans l'église des mois. A Lyon, il y a un mois, après l'évacuation d'un camp Rom par le préfet, qui a relogé les familles ? Les cathos suite à l'appel du vicaire épiscopal, Et qui est condamné par la justice du pays pour avoir hébergé des Roms ? Un prêtre de Saint-Etienne. etc., etc.
      La critique est une chose, la désinformation ou la mauvaise foi une autre.

      Supprimer
    2. - Je n'ai pas oublié qu'en 2012 l’évêque de Lille a appelé la police pour chasser de l’église St- Maurice des travailleurs maghrébins sans papiers...
      - le 5 octobre 2007, à la demande de l'évêque d'Evry, le tribunal ordonnait l'expulsion du collectif qui occupait l'église Saint-Paul de Massy.
      - L’évêque de Quimper a collaboré avec la police et le Préfet pour faire expulser des migrants des locaux qu'il détenait, jouxtant l’église st Yves à Quizac dans le quartier de Bellevue à Brest.

      Je ne suis ni dans la désinformation, ni dans la mauvaise foi comme vous le prétendez.
      Et ce ne sont pas des exemples uniques....
      J'admets qu'il soit difficile de balayer devant sa porte, mais cela peut être utile...

      Que d'autres ecclésiastiques, plus adeptes des valeurs évangéliques, agissent autrement, c'est la moindre des choses....

      Supprimer
  3. Alors votre mémoire est sélective. Car s'il y a les évacuations, il y a aussi les accueils.
    Sans parler de ce que les évacuations viennent souvent après plusieurs semaines d'accueil. En outre une église ou des salles paroissiales n'ont que rarement les commodités minimales genre WC et douches et éventuellement, peuvent y être prévues d'autres activités.
    Il ne s'agit pas de balayer devant sa porte, il s'agit de ne pas choisir ces exemples en excluant ceux qui vont dans un autre sens. Il s'agit aussi de ne pas sortir un exemple de son contexte. Etes-vous bien sûr que sur les trois faits que vous rapportiez, ce fut un refus d'accueil ? Comment se sont passées les discussions ? En outre, comment les gens étaient-ils entrés dans les salles paroissiales sinon avec un accord premier ? Il s'agit enfin de la manière de raconter l'histoire. Chasser dites-vous pour Lille. Le mot est-il celui qui convient effectivement ?
    Quant aux ecclésiastiques, ils ne sont en l'espèce que peu de choses. Ce n'est pas eux qui sont au manettes mais l'ensemble d'une communauté paroissiale, voire la municipalité lorsque, comme c'est le cas très souvent elle est propriétaire des bâtiments.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, dans l'église tout est parfait dans le meilleur de mondes, je suis heureux de le savoir...
      Le prêtre que j'ai vu de mes yeux un jour chasser d'un coup de pied latéral agacé Monsieur Pierrot, SDF qui s'était assis sur SES marches, ça a du être un reflexe neuronal involontaire du cerveau reptilien....
      Oui, ce monsieur s'appelait Pierrot, car, outré, j'étais allé lui parler...
      Il m'avait dit : -- " Oh ! vous savez "on" à l'habitude..."

      Mais j'ai certainement rêvé....

      Supprimer
    2. Vous trouvez que mon texte sur les vocations dit que tout va pour le mieux ?
      En ce qui me concerne, je ne suis pas très heureux de l'apprendre.

      Supprimer