dimanche 25 novembre 2012

Nécessité de la critique de et dans l'Eglise


A la manière d'un dialogue platonicien, sur le sens de la critique de et dans l'Eglise.

L’un : Oui j'aime la fête du Christ roi, en tant qu'elle nous tourne résolument vers l'essentiel, entendu d'un point de vue eschatologique. C'est mon côté oriental et donc cosmologique.
L’autre : C'est exactement le problème de la théologie orientale, ignorer les répercutions sociopolitiques de la confession chrétienne !
L’un : Certes mais elle nous libère du solipsisme parfaitement moderne et angoissant, quelque chose de plus fort que l'égocentrisme, cette tendance à se regarder en permanence.
L’autre : Il suffit de suivre Jésus, il ne parle jamais de lui mais est toujours au service des autres. Le christocentrisme est service. C'est juste ce que l'institution de cette fête me paraît oublier voire nier.
L’un : je pense que Pie XI a davantage en tête les dangers des idéologies naissantes.
L’autre : C'est évident, mais comment s'y prend-il ? En pensant que l'Eglise échappe évidemment à ces dérives. Pour ce faire, il condamne et la condamnation est-elle autre chose que le témoin d'une idéologie aussi abjecte que les autres ?
L’un : Que fais-tu alors en condamnant aussi sévèrement l'institution (ce que je peux aussi partager) mais surtout en dénonçant jusqu'à la possibilité de vivre une vraie relation au Christ en dehors de toute remise en question ?
L’autre : Comment pourrait-il y avoir une suite du Christ en dehors d’une remise en question ? « Vois ! cet enfant doit amener la chute et le relèvement d'un grand nombre en Israël ; il doit être un signe en butte à la contradiction ».
Primo je mets en évidence la contradiction, deuzio, ce n’est pas seulement celle de l'institution mais la nôtre. Cette contradiction est notre lot. Nous devons à la fois vivre en institution ‑ comment faire autrement ? ‑ et critiquer ce que cette institution, comme toute, ne peut que travestir de la vérité qu'elle porte.
L’un : Mais alors que faisons-nous en attendant que toute contradiction soit purifiée en nous ? On nie, on rejette, on explose, on survole ?
L’autre : L'institution ne peut vivre qu'à être critiquée, ou alors elle tue.
On ne purifiera pas cette contradiction. Nous sommes de cette institution et nous l'aimons. C'est parce que nous l'aimons que nous sommes critiques à son égard.
L’un : Je crois que la critique est résolument moderne et elle fait peser sur le sujet une de ces nombreuses angoisses que repère Tillich.
L’autre : Tu rigoles. La critique,  moderne ? Il paraît que c'est pour cela que Socrate est mort. Peut-être aussi Jésus. Ou alors tu appelles moderne ce génie de l'Occident qui traverse tous les âges et les lieux, à savoir la critique des sociétés traditionnelles, disons de l'argument d'autorité, quelle qu'en soit la forme, politique, religieuse, idéologique, etc.
L’un : J'entends que la critique est émanation du sujet pensant à partir de lui-même, en ce sens, moderne. Je pense qu'il y a une fatigue de vouloir être tout autant qu'une fatigue de mettre son être en procès en le confrontant à toutes ses contradictions.
L’autre : Non, ce n'est pas suffisant. La critique n'est pas le fait du sujet moderne. Chez Platon elle est l’expression de l’obéissance au Logos. Ce n'est pas une histoire d'individus. Quant à la fatigue de la critique, elle n'est audible que pour ceux qui ont le ventre arrondi, repus qu'ils sont. Leurs frères crient et meurent. Et je ne crois pas que l'on puisse se taire.
L’un : Alors dans ce sens oui, mais tu ne nieras pas que ce n'est pas la critique que nous vivons aujourd'hui. Il y a surtout le luxe d'une critique à la manière des bobos. Ça demeure fondamentalement moi-même face à moi.
L’autre : Attention au jugement sur la critique qui est portée contre l'Eglise. Elle est parfois aussi une critique justifiée, raisonnée, mais notre Eglise ne veut rien entendre, défendant son terrain plutôt que de servir son Seigneur, au risque du martyre. Elle est comme moi, cette Eglise, avec sa tiédeur. Mais ce n'est pas parce que je suis pécheur que je ne dois pas dénoncer et mon péché et le sien. Nous sommes inexcusables de notre trahison de l'évangile et du Seigneur. Nous serons crédibles, et l'Eglise avec nous, à reconnaître que nous ne vivons pas ce que nous disons et ne disons pas toujours ce que dit notre Maître.
L’un : Certes et je suis le premier à opérer une sorte de grand écart inconfortable mais pour autant la critique me poserait en permanence dans une introspection malsaine ou/et fatigante. C’est en cela que j'entends la critique comme ego-centrée.
L’autre : La critique est fondamentale et sans limite. Reste cependant une chose qui l'arrête, mais nous sommes dans une autre logique, et c'est sans doute le chemin de la paix et du décentrement, l'amour. L'amour chasse la crainte (1 Jn 4, 18) C'est la miséricorde de Dieu, c'est déjà celle du frère. Mais cela ne m'appartient pas. C'est pour cela qu'il s'agit d'une autre logique et qu’il n’y a pas de solipsisme.
On n'est pas dans le développement personnel, on est dans la rencontre qui convertit. Seule l'altérité nous fait vivre. Y compris l’Eglise. Tant qu’elle se pense comme un tout, qu'elle se prend pour son Seigneur sous prétexte de tenir sa place (in persona Christi), ignorant ceux qui ne pensent pas comme elle, elle fait fausse route.
L’un : La miséricorde est effectivement le chemin et c'est pour cela qu'à l'angoisse de la modernité, j'ai choisi la paix des médiévaux.
L’autre : Détrompe-toi. La paix n'est pas médiévale. Regarde la peur de l'an mille, regarde la peur de la grande peste et les crucifix de Grünewald, regarde la peur de l'enfer, etc. Détrompe-toi, regarde la critique médiévale des institutions, ne serait-ce que saint François. Quelle audace et quelle force critique d'oser prétendre avoir entendu dire « rebâtis mon Eglise » et d'aller dire cela au Pape ! On pourrait multiplier les exemples
Et il se pourrait que nos modernes cherchent la tranquillité. C'est du moins la critique de Nietzsche contre le petit homme.
Les modernes sont des hommes détestables. Mais pas pour les raisons que tu dis, exactement pour le contraire. Qui, des modernes, lit Nietzsche et Foucault ? Qui des modernes supportent la critique. En ce sens, et contrairement à ce qu’elle dit et ce qu’on dit d’elle, l’Eglise est très moderne. Elle s’est mondanisée sur ce coup là encore.
L’un : Je pense davantage à la figure du moine qui prête sa voix à une Parole qui le dépasse et sur laquelle il se refuse une quelconque prise, c'est là une paix et ce n'est pas une tranquillité. Il sait pour autant qu'il n'est pas digne de cette Parole mais il la laisse résonner dans la liturgie de l'Eglise, il consent à la grandeur sans se laisser gagner à la naïveté béate.
L’autre : Si tu veux, mais il ne s'agit ni d'être moderne, ni d'être médiéval, mais intempestif, inactuel, libre..
J'ai rencontre le Père Martelet cette semaine. Il redisait combien nous sommes des Jean-Baptiste, à tendre le doigt vers celui que nous désirons désigner. Mais nous sommes encore vieil homme, notre Eglise est aussi une vielle femme. Alors les rhumatismes déformants nous prennent. Notre doigt se recourbe. Nous voulions montrer le Sauveur et c'est nous que nous montrons !
L’un : Je suis d'accord qu'il ne faut être ni médiéval ni moderne mais je reste convaincu (d'où mon gout pour l'ecclésiologie) qu'il y a une attitude de sortie de crise à s'inscrire dans une dimension ecclésiale qui soit véritablement cosmologique au sens où elle inscrit le sujet dans une dimension beaucoup plus libre que l'égo-centrisme que je dénonce à travers ma dénonciation des modernes. Quant au Père Martelet, c'est une belle image mais sommes-nous là pour désigner le Christ ou laisser le Christ nous désigner comme porteur de sa promesse ? "Le Seigneur fit pour moi des merveilles, saint est son Nom"
L’autre : Les disciples sont assurément là pour prendre la place du Baptiste. Cela ne fait pas que, comme tous, ils sont désignés par Jésus comme sauvés. Mais comme témoins, nous ne sommes pas là pour parler de nous.
L’un : Oui, il faut les deux.

7 commentaires:

  1. "l'Homme a cherché Dieu, mais pour son malheur il a trouvé les religions" (Théodore Monod)

    Comme j'en ai déjà témoigné ici et ailleurs, l'institution religieuse dénommé Religion catholique, à laquelle vous appartenez , et qui m'a massacrée, m'a conduit au rejet de dieu....
    Le lent chemin des retrouvailles ne passe ni par la religion, ni par l'Eglise, mais par Jésus...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai bien entendu.
      Je respecte votre chemin. Je persiste à penser que sans institution le religieux est encore plus sauvage et dangereux, quand bien même, ici où là, on peut mieux s'en sortir avec lui, sans ces religions.
      Pour ma part, c'est dans cette Eglise que je continue ma quête, ou, pour mieux dire, que je tente de continuer à me laisser saisir. C'est en elle et par elle que je continue à essayer d'annoncer la Bonne Nouvelle.
      Bien à vous

      Supprimer
  2. La religion chrétienne aurait pu se « contenter » (au sens de satisfaire le Désir de Dieu inscrit dans l'homme d'une part, de se limiter à cela d'autre part), d'être gardien d'un message, de sa diffusion et de sa compréhension.
    Pourquoi est-elle allée au-delà en instituant tout ce que nous connaissons d'un appareil international largement réifié, qui tient plus de l'orgueil hégémonique, du goût du pouvoir temporel et de la domination sur les êtres, que de l'amour de charité. ( et j'exclus ici les déviances dont je veux croire qu'elles ne sont pas au coeur des choses… Encore que…)
    Je pense qu'en ce sens elle a failli à sa mission.
    Il est d'autres chemins, plus humains, voire plus divins, d'annoncer la Bonne Nouvelle.
    votre blog en témoigne, surtout lorsque vous prenez et commentez les paroles de Jésus.
    Au-delà, et pour ceux qui ne sont pas des adeptes de votre religion, vous manquez votre cible.
    Convaincre des déjà convaincus ne présente guère d'intérêt…
    Mais croyez bien que ceci se veut une critique constructive, car j'ai appris à apprécier certains de vos propos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne partage pas votre avis. L'institution est nécessaire. Elle est aussi le chemin du respect des personnes et de leur droit. Sans institution, la justice est remise à la discrétion des uns et des autres et c'est la loi du plus fort qui l'emporte. L'impératif catégorique n'a historiquement rien pour s'imposer. Les kantiens ont les mains propres mais ils n'ont pas de mains !
      Mais cette institution, à son tour, est source d'oppression et de violence. Je demande à ce que l'on inscrive dans ce qui l'institue la nécessité de la critique, son droit, ses propres moyens d'action. On ne parviendra pas au Paradis par des législations, mais on peut sans doute avancer vers un peu plus de justice et de justesse par leur truchement.
      Cela est indispensable pour l'Eglise fondée sur un renversement des logiques de pouvoir par Jésus lui-même. "Les puissants de ce monde font sentir leur pouvoir ; pour vous, il ne peut en être de même."
      L'Eglise se hasarderait à ce genre d'exercices, elle répondrait un peu à sa vocation de lumière des Nations. Montrer qu'une institution peut être juste, dans la crise des différents types de gouvernement que connaît la Planète, ce ne serait pas du luxe.

      Supprimer
  3. Il me semble assez logique que vous défendiez l'institution à laquelle vous appartenez…
    Mais toute institution qui nait et se structure comporte en elle sa déviance, Et même dès la période pionnière.

    Qu'il y ait besoin d'institutions pour régler les états et les organisations. C'est évident. "c'est la liberté qui opprime et la loi qui affranchit" comme disait justement Lacordaire. (un gars de chez vous !! :-) )

    Pour ma part, ceux qui confesse la foi en Jésus-Christ ont bien plus besoin de communautés humbles que d'institutions hégémoniques.

    Va pour l'idée d'une institution renversant les logiques, comme vous l'évoquez. À ce jour cela reste un concept. 2000 ans d'histoire chrétienne n'ont pas démontré ce que vous souhaitez et auquel je ne peux qu'adhérer intellectuellement.

    cela dit… Il est toujours légitime d'espérer…

    Mais comme chantait Gilles Vigneault : «… Mais nous nous serons morts mon frère… »

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  4. Je n'entends pas défendre l'institution à laquelle j'appartiens, si vous entendez par là que je devrais tenir le discours qui l'épargne et l'exalte.
    J'entends défendre l'institution, et pourquoi pas à la manière de Lacordaire que vous citez, non comme un en soi, mais comme service. Elle n'est pas l'Eglise mais son Eglise et ne tient qu'à être celle d'un autre.
    Quant à l'histoire, vous avez tout de même une drôle de manière de la lire. Oui l'institution ecclésiale a été et est du côté des puissants. Mais enfin, c'est un peu court. Dans le même temps, comme institution, elle a été et est aussi de l'autre côté. On peut parler de François d'Assise et des ordres mendiants ou de l'abbé Pierre. On doit parler de tous ces anonymes qui, au nom de l'Eglise, sont au service des plus pauvres. Plus encore, on peut parler des structures de l'Eglise. Je me permets de vous renvoyer au livre que je dévore en ce moment. Il me semble interdire les avis unilatéraux. J. Dalarun, Gouverner c'est servir, Alam 2012.
    Sur ce point de l'institution, je crois que rien ne nous sépare, si ce n'est votre unilatéralisme qui ne tient pas devant les faits.

    RépondreSupprimer