dimanche 10 janvier 2016

A propos de la culture occidentale ou judéo-chrétienne...


Nous les pouvons donc bien appeler barbares, eu esgard aux règles de la raison ; mais non pas eu esgard à nous, qui les surpassons en toute sorte de barbarie.
Montaigne, Essais 1, 30, « Des cannibales »

2 commentaires:

  1. Tous coupables, tous responsables, tous barbares, mea maxima culpa, revanche des pauvres, guerre des civilisations ... D'accord, nous sommes solidaires parce que membres de la famille humaine. Conclusion : tout avouer et se flinguer bien vite pour éviter de faire le mal ? Ne pas avoir d'enfants, ils sont dans l'originel péché, en outre fruits d'actes sexuels, et pourraient tourner mal ? Ne pas créer d'emploi pour éviter d'être exploiteur ? Ne pas accepter d'emploi pour n'être pas complice du système ?
    Ces discours délétères sont insupportables et démobilisateurs. Ils mettent à mal l'Espérance !
    Voyons un peu l'Histoire : vais-je reprocher à mes amis allemands nés après 1945 d'être responsables du nazisme ? Vais-je accuser mes amis musulmans des crimes actuels de Daech ou des crimes passés des barbaresques qui ont réduit en esclavage 1.250.000 chrétiens entre le XVIème et le XIXème siècle ? Mes amis nantais, bordelais et béninois d'aujourd'hui - descendants peut-être de riches marchands ou des rois d'Abomey rabatteurs - doivent-ils culpabiliser de l'horrible traite négrière ? Les Italiens de 2016 sont-ils des salauds du fait que les Romains ont bousillé les Gaulois et les Etrusques ?
    A titre personnel, je n'ai pas brûlé Jeanne d'Arc ni ne l'ai aidée ; je n'ai pas décidé des croisades ; je ne suis pas parti à Londres en juin 40 et n'ai pas pour autant torturé Jean Moulin.
    Ce serait trop simple si tous les salauds et tous les saints pouvaient être identifiés et bien vite rangés dans des catégories.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entendez ce que vous voulez. Ce que vous entendez en dit plus sur vous que sur ce que vous avez entendu.
      Les crimes des cannibales ne sont pas niés par Montaigne. Il le dit non selon leurs mœurs, mais selon la raison.
      Il est des crimes, non d'hier, mais d'aujourd'hui, qui sont nôtres, et que nous ne voyons pas à partir de nos mœurs. Mais c'est justement le passage par l'autre qui permet une autocritique au nom de la raison.
      Je n'ai rien essayé de dire d'autre. Mais ce que je dis est sans doute différent du dire...

      Supprimer