jeudi 25 mars 2010

Confesser un amour plus grand que tout (Pénitentielle Carême)

Voici qu’ils sont arrivés les jours de la Passion. Et nous sommes affligés à voir ainsi le Seigneur mené à la mort. Mais s’agit-il d’une histoire ancienne seulement ? Nous serions de bien doux sentimentaux à pleurer sur un condamné à mort il y a 2000 ans ! Nous sommes affligés, car nous pressentons que sa mort hier sur le Calvaire n’est pas sans rapport avec notre propre péché aujourd'hui.

Oh certes, dans une logique de cause à effets, notre péché n’est pour rien dans la mort de Jésus. Mais ce qui a causé la mort de Jésus n’est-il pas encore ce qui fait de nous des scélérats ? Nous avons échappé, par des circonstances temporelles, à n’être pas le Judas ou le Pierre de l’Evangile, Pilate le Romain ou Caïphe le Juif. Des petites lâchetés aux grandes trahisons, des compromissions aux intérêts partisans ou particuliers, ils n’ont pas agi, les contre-héros de l’évangile, autrement que nous n'agissons aujourd’hui.

Le péché de Pierre consiste seulement à jurer : Je ne connais pas cet homme. Se peut-il que nous n’ayons rien fait de pire ? Et étions-nous menacés comme Pierre ou bien avons-nous déclaré ignorer cet homme, parce que cela était plus simple ou plus confortable pour nous ?

Déclarer ignorer Jésus, je vous laisse chercher ce que cela veut dire. Mais cela pourrait commencer par nos refus de suivre Jésus, de vivre avec lui, lui préférant d’autres choses, même très bonnes, ou plutôt, préférant les choses, même très bonnes ce n’est pas la question, quitte à se passer du Seigneur. Ce n’est pas d’avoir plusieurs amours qui fait difficulté ; c’est que nous puissions aimer sans l’aimer lui aussi, dans le même mouvement.

N’allons pas dramatiser de façon morbide ou culpabilisante notre péché en en faisant une nouvelle mise à mort de Jésus, c’est insensé. Il n’y a d’ailleurs pas besoin de cela pour que notre péché soit un drame. En abandonnant le Seigneur à son sort, nous signons notre propre mort, non qu’il se vengerait, mais que nous abandonnons la source du salut, la source de vie. C’est notre mort que nous signons, c’est nous que nous condamnons à la mort dans le péché.

Vous me direz, ce n’est pas très grave, car notre mort est déjà assurée. Pécheurs ou non, c’est à peu près la seule chose de certaine : nous mourrons. Nous mourons. Mais voilà, il ne suffit pas de respirer pour être vivant. On a même vu des gens en train de mourir plus vivants que nombre de ceux qui sont englués dans leur problèmes ou dans leur stratégie pour faire semblant de vivre, tant vivre pour de vrai, vivre en grand, ça effraie.

La vie, même du moine, réglée même par la prière, pour ne pas affronter l’inattendue de la vie, la folie du souffle divin, l’enthousiasme, peut inventer des manières de se croire vivant qui cependant dénonce la mort ou l’état de moribond.

Il ne s'agit pourtant pas d'entrer dans un examen de conscience. Ce que je pointe, ce n’est pas tant le mal commis, les fautes, que la stratégie qui pourrait nous faire croire que l’aménagement bien réglé de nos vies pourrait nous faire échapper au péché. « Si nous disons : "Nous n'avons pas de péché", nous nous abusons, la vérité n'est pas en nous. Si nous confessons nos péchés, lui, fidèle et juste, pardonnera nos péchés et nous purifiera de toute iniquité. Si nous disons : "Nous n'avons pas péché", nous faisons de lui un menteur, et sa parole n'est pas en nous. » (1 Jn 18-10)

L’enjeu d’une célébration pénitentielle, qu’elle soit communautaire ou personnelle, qu’elle soit sacramentelle ou non, n’est pas un arrangement avec la conscience. C’est une affaire de vie ou de mort, non une histoire de conscience. Nous ne repartirons pas la conscience tranquille. Et comment le pourrions-nous ? Nous ne repartirons pas avec la ferme détermination de ne jamais recommencer. Elle est mensongère « la ferme résolution de ne plus offenser Dieu », même avec le secours de sa sainte grâce. En la prenant, nous nous mentirions à nous-mêmes et ferions de Dieu lui-même un menteur. Nous serons sans doute pacifiés par le Seigneur, mais restera l'écharde en la conscience, en la chair. Paul a dit ce qu'il en a été pour lui. Par trois fois il a demandé à en être débarrassé. Et voici la réponse :« Ma grâce, mon don te suffit, car la puissance se déploie dans la faiblesse » (2 Co 126-9)

Ce dont il est question dans la célébration du pardon, c’est une remise des dettes, non pour effacer la dette, mais pour vivre paisiblement malgré la dette. C’est ce que signifie notre demande dans la prière dominicale : Remets-nous nos dettes comme nous-mêmes avons remis à nos débiteurs (Mt 612). Comment pourrions-nous cesser d’être en dette avec Dieu ? N’est-ce pas cela le péché, se croire quitte vis-à-vis de Dieu. C’est cela le pharisaïsme hypocrite que Jésus a dénoncé.

Nous venons confesser un amour plus grand que tout. « Car si notre cœur nous accuse, Dieu est plus grand que notre cœur et il discerne tout. » (1 Jn 320) A dire que nous n’avons pas ou n’avons plus de péché nous faisons de Dieu lui-même un menteur. N’importe pas de ne plus être pécheur, mais d’être délivré. Nous venons confesser un amour plus grand que tout.

Si vous êtes de ces purs que le péché ne tente pas, tant mieux pour vous, mais n’oubliez pas que le péché ce n’est pas l’absence de vertu. Le péché c’est d’abord et avant tout de croire que l’on peut s’en tirer seul, que Dieu n’aura rien à nous reprocher. D’abord parce que nous imaginons que Dieu pourrait nous reprocher quelque chose, ce qui est une aberration et une profession de non foi. Ensuite parce que c’est de Dieu et de lui seul que vient le possible de l’impossible : que tout soit fait selon sa parole.


Textes: 1 Jn 3 et Mt 26, 65-69

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire