samedi 13 mars 2010

Se jeter dans les bras du Père (4ème dimanche de Carême)

Tout le monde le sait, la parabole du fils prodigue parle du pardon. Et cependant, le mot de pardon n’est pas dans le texte. Il y a même une vraie difficulté à faire de cette parabole un texte sur le pardon, parce qu’avec une telle lecture vous ne savez que faire du frère aîné, de sa jalousie. Et si l’on demandait à brûle-pourpoint à l’un d’entre nous pour qui la parabole parle évidemment de pardon de raconter cette parabole, il omettrait sans doute la fin du texte, ne parlerait pas du fils aîné.

J’enrage contre la réduction des textes et de la foi à une dimension certes importante de la vie humaine et chrétienne (comme le pardon) mais il y a plus important à dire.

Par deux fois, le texte dit du fils ou du frère qu’il était mort et qu’il est revenu à la vie, sans parler de l’expression de ce fils qui dit « et moi ici, je meurs de faim ». Ce texte parle de résurrection d’abord parce qu’explicitement, d’abord parce qu’il y a la récurrence : il était mort et il est revenu à la vie, souligné par il était perdu et il est retrouvé. C’est de cela que nous devons parler, ce que c’est que vivre, mourir, passer de la mort à la vie

Que l’on ne me dise pas que c’est plus compliqué. Ce sont les questions des enfants. Ce sont nos questions. Mais parce que nous ne savons pas réponde, parce que nous ne supportons pas les questions sans réponse, nous préférons parler d’autres choses. Nous préférons la morale, au meilleur sens du terme d’ailleurs, parce que là au moins on voit ce qu’on a à faire. Mais se peut-il que le mot de résurrection fasse moins sens pour nous que celui de pardon ?

Mais le texte parle encore d’autre chose. Il faut pour comprendre ce texte poser une question : Voulez-vous savoir qui est Dieu ? Voulez-vous savoir ce que Jésus dit de Dieu ? Eh bien, « un homme avait deux fils, le plus jeune dit à son Père… »

Voilà le sens de ce texte. Ce n’est pas parce que le pardon aussi c’est important que cela nous dispenserait de parler de Dieu, de la vie avec lui. Ce n’est pas parce que nous savons mieux parler d’un truc à faire (pardonner) que nous devrions occulter le cœur de la foi. On ne saurait s’étonner ensuite de la rupture de la transmission de la foi. Nous l’aurions nous-mêmes occultée cette foi. Si la foi ce sont les valeurs, ce que tous accordent et vivent plus ou moins, croyants ou pas, pourquoi donc encore être croyants ?

Ce genre de textes dit l’inouï et peut-être aussi l’inaudible du christianisme, de l’évangile. Que Dieu soit comme cet homme, c’est incroyable et finalement, nous n’en voulons pas parce qu’un tel Dieu oblige. Tant que Dieu demeure une idée, un souverain tout puissant au ciel ou le garant de la morale, nous le laissons à sa place, quand bien même nous sommes très dévots. Mais c’est autre chose la dévotion que la foi ! Mais notre Dieu oblige parce que l’amour désarme et interdit pratiquement que nous nous refusions.

Nous pouvons régler nos affaires avec Dieu par la prière, par l’eucharistie, en faisant même de l’eucharistie une dévotion. Mais la prière est autre chose, sans parler que le jeûne que préfère le Seigneur c’est la justice et l’amour du frère.

Il faudrait que notre lecture de ce texte soit aussi forte qu’un enfant qui court se jeter dans les bras de ses parents. Pourrions-nous arriver à dire cela de notre Dieu ? Il ouvre les bras comme les parents qui reçoivent l'enfant qui se jette dans leurs bras, pour le plaisir, comme dans ces jeux que parents et enfants affectionnent. L’enfant se jette en toute confiance dans les bras ouverts et se laisse sauver de la chute par l’adulte qui le saisit au moment clé. Jeu avec la limite, histoire de vie ou de mort.

Pour le plaisir, la joie d’abord, se jeter dans les bras du Père, insouciant du danger, et en même temps, jouant avec le danger. Se laisser récupérer de la chute ensuite, affaire de vie ou de mort. Est-ce que nous dirions de Dieu qu’il est notre vie, celui qui nous tire de la mort, non pas demain quand nous serons morts, mais aujourd’hui. Il ne suffit pas de vivre (biologiquement) pour être vivant. Il faut aimer et être aimé, par les autres, par Dieu. Se pourrait-il que Dieu nous fasse vivre à nous aimer et à s’offrir à notre amour comme ceux qui nous sont le plus cher. Se jeter dans les bras du père, n’est-ce pas cela être disciple de Jésus, entendre cette parabole ? Affaire de vie ou de mort, affaire d’amour. Voilà notre foi.

Le père de notre parabole est toujours dehors à sortir, pour attendre et voir venir de loin le fils qui était perdu ; pour aller chercher le fils qui ne veut pas entrer dans la joie, le plaisir de la fête. C’est même le père qui prie. C’est Dieu même qui prie l’homme d’entrer au festin. L’amour oblige ! C’est le monde à l’envers. Avec Dieu, c’est le monde remis à l’endroit, la mort vient avant la vie comme la cendre avant le feu de Pâques; ainsi la vie ne finit pas.

Les fils sont loin, géographiquement pour le premier, idéologiquement pour le second qui est à des années-lumière de ce que pense son père. Et loin du père, loin de la source, on meurt. Vous avez remarqué qu’il n’y a pas de mère dans cette histoire. Voilà une famille sans femme. C’est curieux. A moins que justement le père ne soit pas un papa, mais la source de la vie, père et mère tout à la fois. Et voilà pourquoi l’éloignement est mort.

On peut être très proche de Dieu, géographiquement et mourir. On peut passer son temps en dévotion, en adoration, à courir les pèlerinages et avoir le christianisme à la bouche mais être mort. Jésus ne juge pas. Puissions-nous faire de même. Il laisse l’histoire sans conclusion. On ne sait pas si l’aîné est entré dans la joie du père et la salle du festin. Et nous, que ferons-nous ? Nous sommes tous loin du Père, géographiquement et, ou, idéologiquement. Courrons-nous comme l’enfant nous jeter dans ses bras, pour la joie et la vie ?

Textes du 4ème dimanche de Carême C : Jos 5, 10-12 ; 2 Co 5, 17-21 ; Lc 15, 11-32

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire