dimanche 15 décembre 2013

Ne pas voir qu'il fait nuit (Célébration pénitentielle)

Le chœur est dans la nuit. Un chemin de lumière mène à la crèche.

Chant d’entrée : Lumière pour l’homme aujourd’hui
1. Lumière pour l´homme aujourd´hui, qui viens depuis que sur la terre il est un pauvre qui t´espère, atteins jusqu´à l´aveugle en moi : Touche mes yeux afin qu´ils voient de quel amour tu me poursuis. Comment savoir d´où vient le jour, si je ne reconnais ma nuit ?
2. Parole de Dieu dans ma chair, qui dis le monde et son histoire afin que l´homme puisse croire, suscite une réponse en moi : Ouvre ma bouche à cette voix qui retentit dans le désert. Comment savoir quel mot tu dis, si je ne tiens mon cœur ouvert ?
3. Semence éternelle en mon corps, vivante en moi plus que moi-même depuis le temps de mon baptême, féconde mes terrains nouveaux : Germe dans l´ombre de mes os car je ne suis que cendre encore. Comment savoir quelle est ta vie, si je n´accepte pas ma mort ?

Prière d’ouverture : Dans nos ténèbres, tu fais briller ta lumière Seigneur. Viens éclairer nos obscurités et nous rendre disponibles pour l’accueil du jour qui vient.

1ère lecture Is 9, 1-6
Ps 138 (139) dont le verset 12
Evangile Jn 8, 1-13

Il ne s’agit pas de se croire dans la nuit pour le plaisir, par misérabilisme, comme si en se frappant la poitrine on était plus certain de faire contrition. La controverse de Jésus et des pharisiens lors du chapitre 8 de l’évangile de Jean indique plutôt, comme dans la guérison de l’aveugle au chapitre 9, que les pécheurs pharisiens ne se savent pas dans la nuit, qu’ils se croient en plein jour.
C’est peut-être cela le péché, ne pas voir qu’il fait nuit. La nuit des guerres et des injustices. Au Pape qui dénonce les drames de l’immigration à Lampedusa, de bons catholiques répondent que c’est touchant cette sollicitude, mais que ce Pape venu d’Amérique latine ne comprend rien aux problèmes européens, et que nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde. Il fait nuit.
C’est peut-être cela le péché, ne pas voir qu’il fait nuit. La nuit qui remplit nos cœurs de haines ou d’intolérance. Nous respectons toutes les différences à condition qu’elles ne se voient pas. Nous acceptons les autres à condition qu’ils ne bousculent pas nos manières de faire. Nous sommes tous ainsi, je ne me permets pas de viser qui que ce soit, si ce n’est moi-même. Il fait nuit.
C’est peut-être cela le péché, ne pas voir qu’il fait nuit. Elle est longue la liste des nuits. « Dans la nuit se lèvera une lumière ». « Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière. Sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre, une lumière a resplendi. » « Je suis la lumière du monde. Qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais aura la lumière de la vie. »
Nous sommes ici ce soir parce qu’il y en assez de cette nuit, de nos nuits, du péché aussi. Nous sommes ici parce que nous savons que notre Dieu peut vaincre les ténèbres les plus épaisses, les haines que nous subissons, les haines qui nous habitent, nos haines contre nos frères. Nous sommes ici parce que nous confessons un Dieu plus fort que toutes les nuits. « La ténèbre n’est pas ténèbre devant toi, la nuit comme le jour est lumière. »
Nous sommes ici non pour nous flageller, nous humilier, nous mépriser, mais parce que nous mettons notre espérance dans la lumière du monde. Nous venons nous laisser emporter par son amour plus fort que notre nuit. C’est notre espérance, pour traverser la nuit, pour ressusciter de nos morts.

Litanies pénitentielles. Jésus, Verbe de Dieu, Verbe fait chair par amour pour les pécheurs.
Après le temps d’absolution, le chœur est allumé, on s’y retrouve et l’on chante le Notre Père.
Bénédiction
Pour sortir : Aube nouvelle dans notre nuit, pour sauver son peuple, Dieu va venir. Joie pour les pauvres, fête aujourd'hui. Il faut préparer la route au Seigneur, il faut préparer la route au Seigneur.
.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire